Valerie_Pontonnier-002_edited.jpg

Valérie Pontonnier

« L’acupuncture peut accompagner les problèmes d’infertilité. »
 

Dans sa vision de l’accompagnement des femmes avant, pendant et après la grossesse, Valérie Pontonnier, sage-femme, souhaitait proposer une méthode globale. Elle a trouvé le Graal dans l’acupuncture.

Comment fonctionne l’acupuncture ?

On stimule des points énergétiques situés sur 12 méridiens qui sont comme des canaux faisant circuler l'énergie vitale dans l'ensemble du corps humain. L'acupuncture permet de réguler un déséquilibre de la circulation de cette énergie qui est à l'origine de différents maux.

 

Comment l’acupuncture s’est imposée à vous en tant que sage femme ?

Après avoir été formée pendant quatre ans au Shiatsu, à l’époque très méconnu et difficile à mettre en place au cabinet, je me suis tournée quelques années après vers l’acupuncture qui agit également sur les énergies. J’ai eu la chance qu’un diplôme interuniversitaire soit spécialement dédié à l’obstétrique et aux sages-femmes. Ma motivation était de proposer une pratique en lien principalement avec la physiologie. L’idée c’est d’une part d’éviter un recours excessif aux prescriptions médicamenteuses (et leurs effets secondaires) et d’autre part de palier à l’abstention thérapeutique des femmes qui refusent de prendre certains traitements, à cause de potentiels risques pour le bébé.

 
Une femme peut-elle utiliser l’acupuncture pour favoriser la conception ?

Oui, l’acupuncture peut accompagner les problèmes d’infertilité. Elle est d’ailleurs recommandée par l’OMS depuis 1996 dans le traitement des troubles reproductifs. L’acupuncture va de toute façon rééquilibrer un état énergétique et émotionnel global. En faisant cela, on donne les meilleures conditions au niveau du corps et du psychisme pour accueillir une grossesse, notamment dans un processus de PMA. L’acupuncture est aussi une méthode idéale en gynécologie. On peut travailler sur les problèmes liés au cycle, aux syndromes prémenstruels ou aux douleurs pendant les règles. Elle est recommandée par la Haute Autorité de Santé pour accompagner l’endométriose car elle permet de diminuer les douleurs et d’améliorer ainsi le confort de la patiente. On accompagne aussi la ménopause.

 

A quoi peut-elle servir pendant et après la grossesse ?

L’acupuncture va d’abord prévenir l’installation de certains inconforts et les traiter si les symptômes sont déjà présents. Les indications sont nombreuses : tous les troubles digestifs tels que nausées, vomissements, remontées acides, insomnie, fatigue, lombalgie, sciatique, douleurs ligamentaires, du bassin, du canal carpien, tous les troubles circulatoires (jambes lourdes, crampes, hémorroïdes), la constipation mais aussi toutes les difficultés émotionnelles (dépression, anxiété…). On accompagne aussi le sevrage tabagique et d’autres addictions. L’acupuncture peut également aider le bébé à se retourner lorsqu’il se présente en siège, à préparer le corps à l’accouchement (maturation du col, préparation du périnée, aider le bébé à descendre…). On intervient enfin sur certaines grossesses pathologiques (retard de croissance intra-utérine, hypertension, diabète, menace d’accouchement prématuré…) Grâce à l’acupuncture, les femmes ont des grossesses plus harmonieuses, plus paisibles avec peu ou pas de symptômes. En postpartum, elle va agir sur les douleurs post accouchement, la fatigue, aider l’allaitement, soulager les cicatrices douloureuses… Dans ces deux étapes de vies, elle va permettre de maintenir un état émotionnel équilibré et un bien-être général. Elle est une formidable méthode curative et préventive, une médecine traditionnelle complémentaire, qui agit en synergie avec notre médecine occidentale.

 


Valérie PONTONNIER – Sage-femme, acupuncteur

4 Rue des Peupliers, 21800 Quetigny
Tel. 06 80 31 92 72
www.sagefemmevaleriepontonnier.com