top of page
duchesse_Marc_Pillet.jpg

Marc Pillet

Marc Pillet a plusieurs casquettes : médecin anesthésiste, réanimateur et algologue (gestion de la douleur), il s’est également formé à l’hypnose, convaincu que cette discipline peut apporter de vraies réponses.

Marc Pillet, quand avez-vous entendu parler d’hypnose la première fois ?

En complément de mon diplôme de médecin anesthésiste, je me suis toujours formé avec l’intime conviction que l’on pouvait prendre en charge les patients différemment, autrement dit, pas seulement avec des médicaments. Je me suis intéressé à l’approche psychosomatique, à la relaxation, au massage, à la sophrologie et finalement assez tardivement à l’hypnose. C’est même un concours de circonstances qui m’a amené vers l’hypnose : une anesthésiste stagiaire que j’encadrais m’en a parlé à plusieurs reprises et m’a dit un jour : « si tu fais de l’hypnose, ça changera ta vie ». Je ne saurais pas vraiment dire pourquoi, même à ce moment là, j’ai choisi de l’écouter !


Vous avez donc suivi un cycle complet de formation en hypnoanalgésie à l’Institut Français d’Hypnose.

J’ai suivi cette formation pendant 3 ans, le week-end avec mon épouse qui était sage-femme. Nous avons assez vite compris que l’hypnose pouvait permettre de trouver les clés d’un mieux-être personnel. C’est vraiment une approche qui mêle bien-être et bienveillance. Et c’est ce qui nous a séduit tous les deux.


En quoi l’hypnose peut-elle être l’alliée de la femme enceinte ?
Une grossesse, c’est un moment particulier : un saut dans le vide pour certains, une source d’angoisses pour d’autres, un corps qui change, des doutes qui submergent, des questions existentielles qui jaillissent. L’hypnose va permettre à la future maman « d’être dans son corps ». Ça va l’aider à trouver son équilibre, à éloigner les pensées toxiques. En fait, l’hypnose va faire taire le mental qui vient parfois parasiter et perturber notre rapport au monde, aux autres et à nous-mêmes. En ce sens, elle peut avoir des vertus dès le projet de naissance, même bien avant la grossesse. L’hypnose fonctionne comme une boussole qui va aider la future maman à dessiner son propre chemin vers le bien-être.

L’hypnose peut également aider les futures mamans à arrêter de fumer ?

Oui ! Quand on a un projet de grossesse c’est plus que jamais le moment d’arrêter de fumée. Je propose effectivement des sevrages tabagiques sous hypnose. Ils peuvent prendre deux formes : une séance flash ou 3 séances échelonnées sur 1 mois. En fait c’est l’auto-hypnose qui va permettre aux fumeurs d’envoyer la cigarette pour de bon. L’hypnose est une boîte à outils dans laquelle on va piocher pour faciliter le changement.


Vous faites également partie du réseau libéral endométriose. L’hypnose peut la aussi être une option ?
La lutte contre la douleur est le fil conducteur de mon parcours. Après celles du dos, des mains ou les douleurs cancéreuses j’ai désormais l’occasion d’appréhender les douleurs gynécologiques liées à l’endométriose. Cette maladie complexe et chronique mérite une prise en charge multidisciplinaire. Aujourd’hui, il n’existe pas de traitements définitifs de l’endométriose. L’hypnose et l’algologie ont donc toutes leur place. Les femmes qui souffrent ont le droit à une réponse : et si c’est celle-ci peut leur permettre d’éviter un traitement médicamenteux alors c’est encore mieux !

Marc Pillet - Anesthésiste, praticien en hypnose

5 Rue des Creots 21121 Fontaine-lès-Dijon

bottom of page