top of page
duchesse_Maya_Barnard.jpg

Maya Tanaka

« Le jour J, l’absence de peur diminue la douleur »
Maya Tanaka Barnard est professeure de yoga. Elle propose des cours de yoga prénatal qui permettent aux femmes enceintes de se préparer physiquement et mentalement à l’accouchement.

Est-ce que le yoga prénatal est un yoga comme les autres ?
Les cours de Vinyasa et de Hatha yoga que je propose habituellement demandent une énergie et certaines postures inadaptées à la femme enceinte.
Le yoga prénatal est différent car il est vraiment dédié à la grossesse et il s’adapte à chaque femme.
Au même mois de gestation, la grossesse n’est pas forcément vécue de la même manière d’une femme à l’autre. Ce qui compte c’est son niveau de confort, son énergie, ses envies et ses besoins. C’est donc un yoga plus souple !


Quel est l’objectif de ces séances ?
Appréhender et préparer l’accouchement. Ce qui m’intéresse beaucoup c’est de sensibiliser les femmes à l’accouchement sans péridurale, non pas pour qu’elles s’en passent absolument mais plutôt pour qu’elles aient un vrai choix, celui d’y avoir recours ou non. L’idée c’est de leur apprendre comment fonctionne leur corps lors de l’accouchement et de quelle manière les contractions peuvent être moins douloureuses et l’ouverture du col facilitée. En fait, ce qui augmente notre douleur, c’est la peur. La peur met notre corps en tension. Et ces tensions empêchent le relâchement et l’ouverture du bassin ! C’est ce qui fait que, lors du passage du bébé, les douleurs sont plus importantes. L’objectif est donc avant tout de travailler sur la diminution de la peur.


Quelles méthodes particulières utilisez-vous ?
La respiration, la relaxation, la méditation, l’alignement, la visualisation sont des clés très importantes. Contrairement à ce qu’on pense parfois, le yoga n’est pas uniquement une pratique du corps : c’est aussi une philosophie et un art de vivre. Il peut  donc apporter beaucoup pendant la grossesse.

Vous êtes maman de deux enfants. Le yoga a t-il été un allié pendant vos grossesses ? 

J’avais beaucoup de peurs concernant l’accouchement car au Japon les femmes ont très peu recours à la péridurale. Ce n’est pas dans nos mœurs. Finalement, quand je suis tombée enceinte de mon premier enfant, je vivais aux Etats-Unis. J’avoue que jétais vraiment soulagée de pouvoir bénéficier de cette anesthésie. Mais il y a eu ce cours de yoga prénatal que je suivais en Californie : la prof enseignait aussi la pratique pour accoucher de façon naturelle. J’ai eu envie d’être un « cobaye » et d’utiliser mon corps pour vivre cette expérience. Et ça marche ! J’ai vécu deux accouchements sans péridurale qui se sont très bien passés. Et je reprends aujourd’hui encore, dans mes cours, les techniques apprises alors pour diminuer l’anxiété et la douleur des contractions.


Le yoga nous apprend à mieux connaitre notre corps et à dompter nos peurs. C’est bien ça ?
Qu’elles choisissent d’accoucher avec ou sans péridurale, l’essentiel est le souvenir qu’elles garderont de cet événement si spécial. Si elles sont bien préparées physiquement et mentalement et si elles ont compris comment fonctionne leur corps, on va dire qu’il n’y a aucune raison que ça se passe mal ! Quand on accouche naturellement, il se passe des choses, comme la libération d’endorphines, qui ne surviennent pas sous péridurale. Le Yoga prénatal va permettre aux femmes d’appréhender le lien qui existe entre leur corps et leur mental. Elles vont réaliser qu’elles peuvent interagir et elles prendront leurs décisions en connaissance de cause. Quoi qu’il arrive, elles feront de leur mieux ! Après l’accouchement elles éprouveront alors un sentiment de satisfaction et garderont un bon souvenir de l’arrivée de leur enfant.

Maya Tanaka – professeure de yoga

2 Bd Alexandre 1er de Yougoslavie 21000 Dijon

www.mayatanaka.fr

bottom of page