Celine_Labure-001_edited.jpg

Céline Labure

« Oui, l’arrivée d’un enfant est un bouleversement souvent difficile
à vivre. »


À travers son expérience professionnelle et personnelle, Céline Labure a constaté a réalisé qu’un immense vide accompagne parfois l’arrivée d’un enfant. Infirmière puéricultrice indépendante, cette jeune maman a décidé de faire de l’accompagnement des familles son cheval de bataille.
 

En tant qu’infirmière puéricultrice, quel est votre rôle auprès des familles ?
Le fait d’avoir un diplôme d’Etat d’infirmière et un autre de puéricultrice me donne la possibilité de faire des soins techniques sur les enfants mais, personnellement, je me suis orientée vers des soins relationnels. Autrement dit, l’accompagnement des parents avant, pendant et après l’arrivée d’un bébé. En fait, j’ai voulu mettre la notion de famille au cœur de mon métier.

Qu’est-ce qui vous a motivé à créer cette activité ?
En tant que Directrice de crèche, je proposais déjà ce type d’accompagnement aux parents, et ça leur plaisait beaucoup ! Et puis, en tant que professionnelle de la petite enfance et en tant que maman, j’ai remarqué que, si la prise en charge est effective au moment où l’on tombe enceinte, elle s’arrête pour la plupart des familles, douze jours après l’accouchement, lorsque les soins cessent d’être pris en charge. On se retrouve donc seul à devoir gérer un enfant et la nouvelle vie qui va avec. Alors, que c’est justement à ce moment là qu’on a le plus besoin d’une écoute attentive et de conseils.

Quels sont les sujets abordés avec la famille ?
Les sujets les plus couramment traités sont les soins de bébé, l’allaitement, le sommeil et les pleurs. J’ai souhaité étendre mon champ d’action au portage de l’enfant, à la diversification alimentaire, la lecture du carnet de santé à la dépression postpartum qui touche la maman mais aussi parfois le papa et aux difficultés rencontrées lorsqu’on traverse cette période de bouleversement baptisée « matrescence ».

Pouvez-vous nous en dire plus sur ce phénomène de « matrescence » justement ?
La femme qui devient mère vit un bouleversement équivalent à ce qu’elle vit au moment de l’adolescence. La fatigue, les hormones en ébullition, la sensibilité et la susceptibilité, sont des états physiques et émotionnels difficiles qu’on retrouve au cours de ces deux périodes délicates. Il est important de mettre des mots sur les maux psychiques engendrés par cette étape de la vie.

Quels sont vos outils de médiation ?
Je propose des ateliers physiques ou en visioconférence, à domicile ou en groupe, pour apporter un contenu, des connaissances et une formation aux parents (ex : l’atelier « nos six premiers mois avec bébé ») ou une technique, un savoir-faire (ex : le portage de bébé). Cependant, j’interviens aussi au cas par cas dans les familles qui souhaitent un accompagnement global pendant les six premiers mois ou ponctuellement, pour apporter une solution à une problématique particulière autour du bien-être de l’enfant ou du couple.

Le bien-être du couple fait-il partie des problématiques récurrentes ?
40% des couples qui ont un enfant se séparent la première année. Les chiffres parlent d’eux-mêmes. Contrairement aux idées reçues, c’est très compliqué d’accueillir un enfant tout en conservant une vie de couple épanouie. J’interviens en amont pour prévenir des difficultés qu’une femme et un homme peuvent rencontrer les premiers mois, en tant que parents mais en tant que couple également. J’encourage la communication pour éviter que les non dits et les rancœurs s’installent.

L’arrivée d’un enfant est donc un bouleversement et vous le traitez comme tel.
Un proverbe africain dit « il faut tout un village pour élever un enfant ». Autrefois, les enfants grandissaient entourés des femmes de la famille. On se relayait. Aujourd’hui, il faudrait savoir tout faire parfaitement, seule, sans jamais avoir appris, en gérant la vie professionnelle et tous les à-côtés, sans se plaindre et en étant parfaitement épanouis d’avoir donné la vie. La réalité est toute autre et contrairement à ce que l’on croit, devenir parents, ça s’apprend.

Céline LABURE – Naissens d’Hestia 
Infirmière

puéricultrice
naissensdhestia@gmail.com
Instagram : naissens.dhestia